Une école à Tangou


été 2011
l'origine du projet Tangou

" 2 semaines pour la première fois au Mali : rentrée la tête pleine de souvenirs et d’impressions au contact de cette population composée de différents peuples vivant ensemble.

Au souk de Bamako, un jeu d’échecs magnifique, sculpté par des artisans touaregs retient toute mon attention...
... A mon retour, ce vendeur touareg prénommé Allassane, me demande de l’aide pour scolariser les enfants de son village natal qui se trouve en zone sahélienne, limitrophe du Sahara, à proximité du pays Dogon et à 7 km de Douentza.

Maya entourée d'enfants lors d'un voyage au Mali

A l'automne Allassane me contacte par téléphone pour me faire part à nouveau de son inquiétude quant à la scolarisation des enfants de son village.
Pas d’école à moins de 7 km de Douentza. 35 enfants en âge d’être scolarisés mais sans moyen de transport ni possibilité de financer les fournitures scolaires.

Dans l’urgence, nous décidons, avec une amie, de financer les fournitures."

Maya

2011 : naissance de l'école

01 Octobre 2011, jour de la rentrée scolaire, ce ne sont plus 35 mais 350 enfants qui se présentent.

Face à cette réalité, l'idée se confirme dans nos esprits de la nécessité de créer une école à Tangou.

Dans un premier temps, le maire du village propose d’offrir le terrain de l’école.
En parallèle, Allassane, rentré à Bamako, fait les démarches auprès du Ministère de l’éducation nationale pour obtenir l’autorisation de créer une école et obtenir la nomination d’un instituteur malien.

Accordé!

Les parents d'élèves se mobilisent pour la construction de l’école avec les moyens du bord. Des tiges de mil pour les murs et la toiture, des troncs d’arbres en guise de bancs.

Huttes

premiers élèves à Tangou

Avant la rentrée, 2 ânes sont achetés ainsi qu'une charrette équipée d'un tonneau métalique de 50 litres pour assurer l’approvisionnement en eau de l’école.

Un jardin potager est créé à Douentza pour assurer l’apport en légumes frais pour la cantine scolaire.

2 villageois sont chargés d’aller faire le plein d’eau à Douentza, de cultiver et récolter les légumes pour les ramener à la cantinière afin qu'elle prépare le repas des 35 enfants avec le plein d’eau.

première cantine à Tangou

06 février 2012 : ouverture OFFICIELLE de l'ecole

avec 1 enseignant et 35 enfants scolarisés

2012 premiere année à l'ecole de Tangou

Des parrainages sont mis en place pour 4 enfants (trois filles et un garçon) qui sont plus âgés et qui fréquentent l’école publique à Douentza.

Les femmes de Tangou nous soutiennent en produisant de l’artisanat traditionnel (paniers, sous-plats, nattes, bracelets) que SAhara Anmilale vendra en Europe.

femmes de Tangou

Mars 2012 : Putsch militaire, renversement du chef de l’Etat et de son gouvernement.
Au nord, la rébellion prend de l’ampleur et s’étend sur une grande moitié du Mali.

Fin mai 2012 la situation s'agrave dans la région. Douentza est occupée, les groupes scolaires sont réquisitionnés par les Djihadistes pour en faire leurs Q.G.

Notre école de brousse, libre, continue de fonctionner.

Les familles sans moyen pour s’expatrier se sont réfugiées dans la brousse et notamment à Tangou. Un grand nombre d’enfants afflue à l’école.

A la mi-juillet, Douentza est libérée par l’armée malienne sans violence après des négociations. 

L’enseignant assure bénévolement un mois de cours supplémentaire pour rattraper le retard de certains enfants.

Depuis la rentrée, l’association a financé:

  • 1 repas par jour / enfant scolarisé
  • l’achat du matériel de cantine
  • l'achat d'une bâche de protection pour la toiture pour protéger les enfants des intempéries
  • l'achat des fournitures scolaires
  • l'achat d'un tableau noir
  • la location du terrain pour le jardin potager

A notre demande, l'association Kokopelli, nous fait don de 4 kg de semences de diverses variétés potagères que Maya remettra à Allassane en février 2013 lors d’un séjour à Bamako, écourté à cause de l’insécurité.

2013 : plusieurs évolutions

L’école de fortune est mise à mal par des intempéries et les villageois se mobilisent une nouvelle fois pour reconstruire avec les mêmes matériaux.

Le besoin se fait sentir de construire une école en dur pour mieux protéger les élèves contre les vents de sable, le soleil et les pluies.

3 niveaux scolaires sont désormais assurés par deux instituteurs maliens.

Depuis la libération du Mali par les armées française et malienne, les ONG peuvent se rendre à nouveau dans le secteur, et notamment à Douentza.

Nous finançons la construction de l’abri de stockage des denrées alimentaires à Tangou qui sont distribuées par le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

Un ancien instituteur d’Allassane, informé du travail qu'il effectue avec le soutien de notre association, lui indique la venue d’ONG finançant la construction d’écoles et de puits.
Allassane monte un dossier, renforcé par une attestation gouvernementale, afin d’obtenir la construction maçonnée de l’école de Tangou, ainsi que le forage d’un puits.
Le dossier est retenu et un projet de jardin potager clos est inclus dans le projet.

18 septembre 2014 :
LA premiere pierre

La première pierre de notre école est posée en présence des autorités locales.

Plan Mali et World Vision financent :
  • 4 salles de classe
  • 1 local cuisine
  • des toilettes
  • un forage à côté de l’école

Deux enseignants et un stagiaire y assurent les cours.

2015 : nouveaux bâtiments

Un enseignant de Bamako est envoyé à Tangou pendant l’été pour donner des cours de rattrapage des nouveaux programmes.

Novembre 2015
Les bâtiments sont terminés et les premières photos nous parviennent.

Octobre 2015 construction ecole Tangou

Ecole de Tangou travaux automne 2015

2016 : puits et château d'eau

Plusieurs expositions-ventes de photos et de peintures ont lieu dans plusieurs village autour de Villecroze, en France, grâce aux dons de plusieurs artistes.

Avec comme thème « AMAN IMAN - L’EAU C’EST LA VIE - WATER IS LIFE » ces expositions génèrent des bénéfices qui aident à co-financer un puits à Tangou en partenariat avec une église américaine.

Novembre 2016
Le puits est construit ainsi qu'un château d’eau.

le puis à Tangou

Les autorités locales financent la pompe alimentée par des panneaux solaires.

2017

L'école de Tangou bénéficie d’un plan d’aide d’une ONG monégasque, avec 5 autres écoles des alentours, qui permet la création d'un dispensaire à côté des bâtiments scolaires.

Un médecin y passe une fois par mois. Sahara Anmilale finance 2 lits médicalisés et 2 matelas.

Novembre 2017
L'école de Tangou fait l'objet de l'Inspection du Ministère de l’Education qui constate le nombre important d’élèves qui fréquentent l’école.
Le Ministère s’engage alors à construire 3 classes supplémentaires de collège à condition qu’une cinquième salle de classe de primaire soit construite en dur et financée par le village.

Les villageois nous solicite pour participer à cette construction. 

La classe de fortune en tiges de mil dédiée à la première année de primaire va être remplacée par une classe en dur, faite par les parents d’élèves.
Nous finançons la base en pierre et ciment et les tôles pour le toit, pendant que les villageois se chargent des murs en banco.

Deux enseignants supplémentaires seront affectés dès février 2018 à l’école de Tangou.

Et Aujourd'hui ?

A l'heure actuelle, nous poursuivons nos efforts pour assurer:

  • le financement d’un repas quotidien pour plus de 100 enfants, parmis les plus démunis qui sont scolarisés

  • l’achat local des fournitures scolaires qui représentent trop de dépenses pour encore beaucoup de familles

  • le soutien à la mise en du potager en interaction avec les villageois, adultes et enfants
  • le maintien de la sécurité de l'école grâce à la présence de militaires aux abords des bâtiments
Tangou vous dit merci !